Somaya Chaouch, mère de trois enfants, a intégré ce programme local d’amélioration des pratiques d’achats alimentaires, de cuisine et de partage de savoir-faire. Témoignage.

Le projet de transition alimentaire de Mouans-Sartoux ne concerne pas que les enfants et le personnel des cantines passées au 100% bio. Il propose à tous les acteurs de changer progressivement d’approche au sein du territoire : métiers de bouche, magasins alimentaires de détail, restaurants, entreprises, etc. Les parents d’élèves et plus largement les familles sont aussi impliqués dans la démarche. Depuis le mois de septembre 2017, une quinzaine de foyers mouansois sont engagés dans le premier Défi Familles à alimentation positive (Faap). Sur un concept original imaginé par l’association Frab Aura (anciennement Corabio), la MEAD a mis en place ce programme convivial qui consiste à sensibiliser les familles et les aider dans la réussite du changement de leurs pratiques alimentaires. Cela concerne aussi bien les achats de nourriture que les habitudes en cuisine. Des visites de point de vente bio et locaux ont eu lieu, ainsi que des sessions de jardinage, des ateliers culinaires sur le thème des épices ou des protéines végétales. Les familles sont invitées également à faire un relevé précis de leurs achats en magasin au début et à la fin du programme (en ce moment) pour constater les marges de progression à l’œuvre dans leur quotidien.

« On mange de mieux en mieux, doucement, mais… sûrement ! »

Pour Somaya Chaouch, mariée, mère de trois enfants de 3, 8 et 12 ans, le Défi familles est une opportunité pour « changer mes habitudes et bien comprendre ce qui est bon, avec la volonté d’augmenter la part du bio dans mes courses et en cuisine ». Si la sensibilisation théorique lui plaît, elle préfère les ateliers pratiques comme le jardinage, la visite des points de vente ou les formations culinaires. « Entre le travail et la vie de famille, je manque toujours de temps, j’ai donc besoin qu’on me facilite la tâche avec les bons outils. »  Et la partie n’est pas toujours simple car faire évoluer ses pratiques alimentaires implique un consensus au sein du foyer. « C’est l’alimentation à la maison qui est concernée, et on ne partage pas nécessairement les mêmes visions. Je propose de manger plus bio, plus sain, plus de légumineuses car on n’a pas besoin de viande à tous les repas. On parle d’alimentation par petites touches, les enfants donnent leur avis. Ma grande fille, par exemple, n’apprécie pas beaucoup les légumes alors que la cadette est très ouverte. Enfin, c’est mon mari qui fait les courses et lui aussi a besoin de mon soutien pour accepter de changer la liste des achats ! » Depuis son engagement dans le Défi, la famille Chaouch fait des incursions régulières au magasin Biocoop et à l’épicerie en vrac bio et locale Boomerang. « On mange de mieux en mieux, doucement, mais… sûrement ! », sourit la mère de famille.

Catégories : Le défi familles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *