Le marché alimentaire

Manger bio à Mouans-Sartoux ne passe pas que par la régie agricole. Même si les légumes bio et locaux font la fierté des équipes en cuisine et des convives, l’autonomie alimentaire n’est pas encore une réalité.
La commune a divisé en treize lots son marché alimentaire. Les douze premiers sont intégralement bio, le 13e concerne les espèces sauvages de poissons non biologiques.Le montant de ce marché s’établit environ chaque année à 240 000 € pour un peu plus de 150000 repas dans l’année. Un coût en baisse depuis quelques années, grâce aux apports de la régie.
En se tournant vers le marché, la ville prend également soin de contenir ses budgets. Achats de grands volumes en vrac plutôt qu’en portions, regard porté sur le cours des denrées au moment de la commande (la mercuriale), définition de plans alimentaires à court terme pour profiter des variations de prix, grande attention portée à la saisonnalité.

Les critères de sélection ne privilégient pas seulement le prix des denrées : 40% vont à la qualité (traçabilité, maturation et diversité), 30% au prix et 30% à la valeur environnementale (mode production, emballage, transport, pédagogique). Pour favoriser l’accès des opérateurs locaux au marché sans enfreindre le droit à la libre concurrence européenne, diverses astuces ont été imaginées, comme le fait de prévoir la possibilité de visiter l’exploitation ou l’atelier de transformation dans un cadre pédagogique. Manger 100% bio nécessite ainsi une vigilance accrue et requiert des choix de bon sens au bon moment.

Ici, quelques exemples de cahiers des charges des appels d’offres de viande de bœuf, d’œufs et produits laitiers et de denrées surgelées.